Découvrir l'opéra Yves Ormezzano, phoniatre
Découvrir l'opéra

Yves Ormezzano, phoniatre

06/01/2023
Yves Ormezzano, phoniatre
© DR

Le docteur Yves Ormezzano est ORL et phoniatre à Paris. Il enseigne à la faculté de médecine et intervient dans de nombreux cours, conférences et congrès internationaux. Sa connaissance à la fois scientifique et artistique de la voix, de la pratique vocale et sa fréquentation des chanteurs lui permettent d’aborder au mieux la pathologie vocale. Rencontre.

Quel est le motif de consultation le plus fréquent de la part des chanteurs lyriques ?

Il y a deux manières de répondre à la question : la plainte exprimée par les chanteurs et sa réalité médicale. Tout le monde ne va pas parler de ses symptômes de la même façon: « Je n’ai plus d’aigus » ; « je n’ai pas de puissance » ; « ma voix est lourde »… Pour synthétiser, la demande concerne une diminution des degrés de liberté, autrement dit: « Avant j’arrivais à faire quelque chose et je n’y parviens plus aujourd’hui » ou « j’aimerais accéder à quelque chose et je n’y arrive pas ». Les causes en sont tout à fait diverses : il peut s’agir d’un problème technique, d’un trouble lié à une mauvaise utilisation de la voix ou d’une lésion sur une corde vocale (qui peut être liée à un problème technique). En termes de pathologie à proprement parler, les nodules [des petites tuméfactions de la muqueuse qui recouvre les cordes vocales, ndlr] sont les problèmes les plus fréquents, étant donné qu’il s’agit du type de lésion le plus répandu pour les utilisateurs du mécanisme laryngé M2 et que ces derniers constituent la population qui consulte le plus.

Des conseils pour prévenir ces troubles vocaux ?

Je dirais qu’il faut se comporter comme un sportif de haut niveau : développer une bonne technique, s’entraîner régulièrement et avoir une hygiène de vie irréprochable.
Technique : on n’envisage pas de la même manière un saut en hauteur et un saut en longueur. Piani, trilles, forte, messa di voce, nécessitent une technique vocale solide.
Entraînement : si l’on participe à Roland Garros, on s’est entraîné avant, on ne débarque pas de trois semaines de vacances pour jouer un match. Il en est de même lorsqu’on s’apprête à interpréter un rôle important, il faut se mettre en condition en amont.
Hygiène : si l’on se nourrit principalement de fast-food et de sodas, on ne sera pas très performant pour disputer un 110 mètres haies. Quand on est chanteur, on ne peut pas boire et fumer sans réserve et s’attendre à ce que le son sorte correctement.
Pour résumer, il faut se poser la question suivante: « Que ferais-je si j’étais un sportif de haut niveau et qu’est ce que je ne ferais pas ? » Les chanteurs sont des sportifs qui font de l’art ou des artistes qui font du sport, avec tout ce que cela implique. Cela permet aussi de comprendre et d’accepter le fait qu’un chanteur d’opéra ne peut pas chanter sur scène chaque soir : un sportif serait incapable de courir un marathon tous les jours…

Est-ce que le chant classique demande des prédispositions particulières d’ordre anatomique ?

Est-ce que le ski requiert des prédispositions particulières ? Non, tout le monde peut apprendre à skier. En revanche, si vous avez les genoux cagneux ou un pied en moins, ce sera plus difficile. Et après, ce n’est pas juste, il y a des gens doués et d’autres moins. Certains vont comprendre très vite et d’autres vont mettre des années à intégrer la technique. Alors oui, si vous êtes musclé, ce sera plus facile de danser et si vous avez un long cou, vous développerez sûrement des harmoniques plus graves, mais je vous garantis que les cordes vocales d’un chanteur international ressemblent aux vôtres. Il y a un fantasme autour de la « belle corde vocale » du chanteur, mais en observant le larynx d’un chanteur lyrique, il est en réalité impossible de deviner sa profession. Regardez vos mollets et ceux d’Usain Bolt, ce sont sensiblement les mêmes. En revanche, que ce soit Usain Bolt ou un danseur classique, ils savent très bien utiliser leur corps dans le sport qu’ils pratiquent. Il en est de même pour un chanteur lyrique, qui va débiter de l’air à une pression constante et dont les cordes vocales prendront un état de tension donné et le maintiendront, avec une non-tension générale par ailleurs.

En quoi chanter un mauvais répertoire peut avoir une incidence sur la voix ?

Un sprinteur et un coureur de fond auront développé une technique particulière et se seront façonné un corps adapté à leur spécialité sportive. Il en sera de même si un ténor chante des airs de barytons. Le problème du classement vocal, c’est qu’il faut catégoriser dans trois boîtes différentes les hommes et les femmes, un peu comme si vous alliez chez un marchand de chaussures et qu’on vous proposait seulement trois modèles : une petite taille, une taille moyenne et une grande taille. Ce serait très aléatoire. Chez les chausseurs de luxe, il existe non seulement des demi-pointures, mais aussi des largeurs différentes. C’est pour cela qu’il y a des sopranos légers, lyriques, lirico-spinto, dramatiques et ainsi de suite. De plus, deux sopranos lyriques, par exemple, ne vont pas être identiques sur les plans de l’ambitus, du timbre, du souffle… Pour chercher son répertoire, l’astuce c’est de trouver quelqu’un qui a un peu la même voix que vous et de regarder ce qu’il a chanté. Les compositeurs n’écrivaient pas les rôles pour une tessiture, mais pour un chanteur en particulier, qui était en vogue à l’époque et qui avait ses propres caractéristiques vocales. On est tous différents et on n’est pas les mêmes à 20 ans et à 40 ans, on évolue.

Justement, pourquoi une voix évolue ?

Outre l’expérience et le développement de la technique vocale du chanteur, l’âge a un effet certain sur la voix, car la tonicité des cordes vocales ne sera pas la même chez un sujet jeune et une personne âgée. On observe une plus grande longévité vocale chez les hommes, car les femmes sont très impactées par les phénomènes hormonaux : les règles, qui peuvent alourdir la voix, puis plus tard la ménopause, qui implique une diminution d’œstrogènes dont il résulte une réduction de la souplesse vocale. La grossesse a un effet totalement paradoxal sur la voix. On a remarqué qu’en début de grossesse, l’organisme est tellement inondé d’œstrogènes que cela génère un état d’euphorie qui permet aux femmes de bien chanter. Évidemment, lorsque le bébé commence à prendre de la place dans le ventre, il sera plus difficile de chanter la Reine de la nuit. Outre ces considérations physiologiques, on a tendance à oublier que l’aspect psychologique joue un rôle primordial dans l’affectation de la voix : dans l’axe des stress psychologiques, le pire, c’est la mort d’un enfant, puis viennent la séparation et le déménagement. Le baryton Piero Cappuccilli a chanté une série de Simon Boccanegra au Palais Garnier et, le jour de la captation, il a appris la mort de son père et n’a jamais aussi bien chanté que ce soir-là. On ne réagit pas tous de la même manière et ne sommes pas tous égaux sur ce versant-là non plus.

Propos recueillis par MAXIME PIERRE

Un article paru dans LYRIK n°3.

À lire :

Le Guide de la voix, Odile Jacob, 432 p., 28,90 €.

Pour aller plus loin dans la lecture

Découvrir l'opéra La Co[opéra]tive : quand l’opéra se cherche d’autres voies… 

La Co[opéra]tive : quand l’opéra se cherche d’autres voies… 
Cyrielle Ndjiki-Nya dans Idomeneo Salle Ravel de Levallois-Perret en 2018

Découvrir l'opéra Académies, conservatoires, maîtrises, les voies de la réussite

Académies, conservatoires, maîtrises, les voies de la réussite

Découvrir l'opéra Mes petits Opéras : du grand art

Mes petits Opéras : du grand art