Comptes rendus À la découverte des Voix des Outre-Mer à Pa...
Comptes rendus

À la découverte des Voix des Outre-Mer à Paris

31/01/2022

Amphithéâtre Bastille, 10 janvier

Éloignés de la métropole, souvent contraints de travailler par eux-mêmes, faute de structures et d’institutions, les chanteurs ultramarins ont désormais leur concours. Fabrice di Falco, à la tête de cette manifestation, peut se féliciter de son initiative.

La finale nationale du 4e Concours « Voix des Outre-Mer », organisée en public à l’Amphithéâtre Bastille, a permis de découvrir douze femmes et cinq hommes qui espèrent, pour certains, apprendre et, pour d’autres, se perfectionner auprès de professeurs et de spécialistes réputés.

Ces candidats ont, et c’est une particularité de la compétition, des âges et des profils très différents ; de 14 à 47 ans, de l’étudiant au pompier, en passant par la semi-professionnelle, tous sont là pour relever le défi et profiter de l’opportunité de cette finale – retransmise, pour la première fois, en direct sur France Musique.

Inutile d’accabler certains éléments touchants par leur courage et dont le stress est évident, tels que la jeune Ophélie Noël (La Réunion), avec un air des Nozze di Figaro mal assuré, ou le pompier Pierre-Lou Richeux (Saint-Barthélemy/Saint-Martin), dont l’Ave Maria de Schubert, au chant serré, nécessite encore de nombreuses heures de travail pour être entièrement recevable.

Totalement autodidacte, Noémie Collumeau (Saint-Pierre-et-Miquelon) ne semble pas très à l’aise dans Les Berceaux de Fauré, tout comme Pierre Olguens Mathieu (Guyane) dans Edgar de Puccini. Mais tous les participants (faut-il le redire ?) n’ont pas vocation à faire une carrière professionnelle.

Ainsi, lorsque se présente Sébastien Tonnel (Martinique), qui exécute, avec simplicité et naturel, un délicieux air de Michel Lambert, intitulé « Sombres déserts, retraite de la nuit », le public peut se satisfaire du bon niveau général de la compétition. Rassuré, il l’est aussi en découvrant le bel instrument de Jennifer Pellagaud (Nouvelle-Calédonie) dans Faust, et la jolie voix de Clara Bellon (La Réunion) dans Roméo et Juliette.

Militaire de carrière, mère de trois enfants, Anny Davidas (Martinique) aurait aimé être cantatrice et cela se sent, même si l’air de La Wally s’avère un peu trop exigeant pour ses moyens. Sympathique, Laetitia Jullian (Polynésie française) rend un bel hommage à son professeur en abordant, dans la langue de son pays, Ständchen de Schubert.

Néanmoins, sur les dix-sept candidats, seuls six ont été distingués. Le Prix « Voix des Outre-Mer » revient au jeune contre-ténor Angelord Blaise (Haïti, 24 ans), grâce à son interprétation maîtrisée, quoique un brin affectée, de « Che faro senza Euridice » (Orfeo ed Euridice de Gluck).

Remis à Eddy Haribou (Mayotte, 17 ans), le Prix « Jeune Talent » salue curieusement une exécution un rien approximative de l’air « It ain’t necessarily so » (Porgy and Bess). La voix est prometteuse, certes, mais le chant est trop boursouflé, et accompagné de gestes inutiles.

La soprano Marie-Angélique Marsolle (Guadeloupe, 25 ans) reçoit une mention « Encouragement-Voix des Outre-Mer » amplement méritée, après avoir livré, avec autant de conviction que de maturité, un « Addio, del passato » (La traviata) complet, parfaitement accompagné par la pianiste Kazuko Iwashima, au jeu délicatement ciselé.

La mention « Encouragement-Jeune Talent » revient, quant à elle, à la mezzo Maeva Lesi (Guadeloupe, 18 ans), pour son « Voi che sapete » (Le nozze di Figaro).

Le jury a souhaité décerner, cette année, deux mentions « Encouragement-Autodidacte » ex aequo à deux sopranos : Naïly Pignet (Martinique, 15 ans), après un lumineux Pie Jesu de Fauré, et Chaïma Assani (Mayotte, 15 ans), après un « Lascia ch’io pianga » (Rinaldo de Haendel) timide mais riche de promesses.

Présentée avec enthousiasme par Laurence Roustandjee, cette finale s’est, une nouvelle fois, conclue sur les notes généreuses de  l’hymne Amazing Grace. Un bis désormais entonné par l’ensemble des candidats, pour le plus grand plaisir des auditeurs.

FRANÇOIS LESUEUR


© VOIX DES OUTRE-MER/QUENTINPROD

Pour aller plus loin dans la lecture

Comptes rendus Orphée ouvre le Mai Musical Florentin

Orphée ouvre le Mai Musical Florentin

Comptes rendus La Dame de pique s’améliore à Toulon

La Dame de pique s’améliore à Toulon

Comptes rendus Splendide Songe à Lille

Splendide Songe à Lille