Salieri

Les Danaïdes

Judith van Wanroij (Hypermnestre) – Tassis Christoyannis (Danaüs) – Philippe Talbot (Lyncée) – Katia Velletaz (Plancippe) – Thomas Dolié (Pélagus) Les Chantres du CMBV, Les Talens Lyriques, dir. Christophe Rousset

2 CD Ediciones Singulares/Palazzetto Bru Zane ES 1019

Les Danaïdes constituent un jalon important dans l’histoire de l’opéra français. Créée en 1784, cette « tragédie lyrique » en cinq actes est donc postérieure de cinq ans à la fin de la carrière parisienne de Gluck, maître de Salieri à Vienne, dont elle reprend certains caractères. L’aîné des deux compositeurs laissa même croire un temps que l’ouvrage était de lui, au moins partiellement, et ne dévoila la supercherie qu’une fois le succès assuré…

Si l’influence de Gluck est bien présente dans Les Danaïdes, Salieri va encore plus loin. Aux nobles actions des opéras de son mentor, il substitue un thriller lyrique haletant, plein de fureur et de sang. En ce sens, la partition témoigne, en particulier dans sa spectaculaire scène finale, d’une sensibilité nouvelle, laissant entrevoir l’opéra romantique.

Trois enregistrements des Danaïdes existaient jusqu’ici. Dans les deux premiers, respectivement gravés avec les forces de la RAI de Rome, en 1983 (Dynamic) et avec celles de la Radio de Stuttgart, en 1990 (EMI Classics), Gianluigi Gelmetti recourait à des instruments modernes, dans une optique très « symphonique ». Dans le plus ancien, Montserrat Caballé se montrait impressionnante d’autorité, mais s’exprimait dans une langue incompréhensible, aux côtés de l’excellent Danaüs de Jean-Philippe Lafont. Dans l’autre, Margaret Marshall était assez médiocre, baryton-basse (Dimitri Kavrakos) et ténor (Raul Gimenez) tirant, en revanche, dignement leur épingle du jeu.

Plus « historiquement informée », l’édition du Festival de Ludwigsburg, en 2007, bénéficiait avant tout de la formidable Hypermnestre de Sophie Marin-Degor, sous la baguette de Michael Hofstetter (Oehms Classics).

Le nouvel enregistrement, réalisé à l’Arsenal de Metz, les 29 et 30 novembre 2013, au lendemain d’un concert à l’Opéra Royal de Versailles dont nous avions rendu compte (voir O. M. n° 91 p. 62 de janvier 2014), vaut d’abord par l’homogénéité de sa conception.

L’atout majeur, c’est, une fois encore, la présence des Talens Lyriques et de Christophe Rousset, qui savent conjuguer légèreté et puissance, donner à chaque scène un caractère dramatique marqué, et jouer sur la variété des couleurs instrumentales. Les Chantres du CMBV, préparés par l’incontournable Olivier Schneebeli, sont par ailleurs les meilleurs chœurs de toute la discographie de l’ouvrage.

Des solistes, on apprécie d’abord qu’ils chantent tous dans le même style, sans que la qualité de la prononciation ne nuise un seul instant à celle de l’émission. Judith van Wanroij, moins grandiose que Montserrat Caballé, et sans doute moins à l’aise que Sophie Marin-Degor, n’en offre pas moins une incarnation dramatique intense, dans un personnage torturé, taillé aux mesures de la célèbre Antoinette Saint-Huberty.

Clair et puissant, Tassis Christoyannis s’impose, une fois encore, comme le baryton de caractère idéal pour ce répertoire. Philippe Talbot, ténor très léger mais plein de charme, triomphe des écueils de Lyncée grâce à la qualité de sa projection. Notons enfin deux petits rôles de qualité : Katia Velletaz, habituée des productions versaillaises, et Thomas Dolié, que l’on remarque en dépit de la brièveté de ses interventions.

Édité par Ediciones Singulares, dans la collection « Opéra français » du Palazzetto Bru Zane-Centre de musique romantique française, cet enregistrement est proposé dans un beau livre relié offrant, en plus de l’argument et du livret, de substantiels textes de présentation. Benoît Dratwicki évoque ainsi les polémiques qui ont entouré la création, et Marc-Henri Jordan, les décors originaux. Un recueil de lettres d’un certain Hivart, violoncelliste à l’Opéra en 1784, et la critique du Mercure de France complètent l’appareil documentaire.

Jacques Bonnaure

Pour aller plus loin dans la lecture

CD / DVD / Livres Boito : Nerone

Boito : Nerone

CD / DVD / Livres Carlo Vistoli : La Lucrezia

Carlo Vistoli : La Lucrezia

CD / DVD / Livres Prestigieux Jules César à Paris

Prestigieux Jules César à Paris