Gaëlle Arquez (Concepcion) – Mathias Vidal (Torquemada) – Alexandre Duhamel (Ramiro) – Lionel Lhote (Don Inigo Gomez) – Julien Behr (Gonzalve)

Münchner Rundfunkorchester, dir. Asher Fisch

1 CD BR-Klassik 900317

Combien d’opéras peuvent-ils se targuer de ravir les auditeurs en moins de cinquante minutes ? À coup sûr, L’Heure espagnole fait partie de ceux-ci.

Un ouvrage français dont la drôlerie et les sous-entendus font mouche à tout coup, dont la musique envoûte et pétille. Lorsqu’il est, comme c’est le cas de ce concert capté au Prinzregententheater de Munich, en avril 2016, chanté par des interprètes dont la musicalité et l’élocution sont impeccables, qui connaissent toutes les subtilités de la langue et restituent au livret de Franc-Nohain son sel et sa saveur, et à Ravel son esprit et son impertinence, comment résister ?

Cette fine équipe, qui colle parfaitement aux caractères des protagonistes, est aux quatre cinquièmes française, mais on peut annexer sans complexe Lionel Lhote, baryton belge à la voix ample et chaleureuse, qui campe un Don Inigo plastronnant et fat. Lui aussi baryton talentueux, Alexandre Duhamel est un muletier Ramiro tout d’une pièce, cédant spontanément aux charmes d’une belle.

Deux ténors, Mathias Vidal, Torquemada, mari trompé au timbre percutant, plus retors qu’il n’y paraît, et Julien Behr, Gonzalve, plus léger, poète prétentieux au chant gracieux. L’ensorceleuse Concepcion, c’est Gaëlle Arquez, qui n’a aucun mal à traîner les cœurs derrière elle, un modèle d’assurance musicale, d’homogénéité vocale et d’intelligence théâtrale.

Cinq complices pour un chef-d’œuvre : le plaisir est assuré. Seul bémol au tableau : la direction d’Asher Fisch, un peu trop musclée (ce que confirme la rhapsodie España de Chabrier, donnée en complément), là où on eût aimé davantage d’humour et de poésie. Ce qui n’enlève rien à l’attrait d’un enregistrement qui prouve que le chant hexagonal se porte au mieux.

En 1965, Lorin Maazel mettait la barre très haut, avec l’Orchestre National de la RTF et un solide quintette : Jane Berbié, Jean Giraudeau, Gabriel Bacquier, José van Dam et Michel Sénéchal (Deutsche Grammophon). Si le Münchner Rundfunkorchester est moins étincelant que son rival, il a sous sa coupe un plateau de haut vol. Aucune hésitation pour lui accorder la préférence.

MICHEL PAROUTY

Pour aller plus loin dans la lecture

CD / DVD / Livres Boito : Nerone

Boito : Nerone

CD / DVD / Livres Carlo Vistoli : La Lucrezia

Carlo Vistoli : La Lucrezia

CD / DVD / Livres Prestigieux Jules César à Paris

Prestigieux Jules César à Paris